Ordre des avocats au barreau de Marseille
Actualités

Jobexit : la legaltech créée par un avocat aux services des avocats !

 

 

 

 

 

 

Jean Martinez est notre confrère au barreau de Marseille, 
où il exerce comme associé du cabinet ONE société d’avocats. 
Il voulait créer un outil digital permettant de calculer rapidement les indemnités dues en cas de rupture conventionnelle ou licenciement. C’est chose faite avec Jobexit, une application créée avec Éric de la Broise, data analyst.

 

 

 

Comment l’idée de créer Jobexit a-t-elle vu le jour ?

Jean Martinez : J’avais la pratique des départs négociés depuis longtemps. On y rencontre des enjeux humains très forts, mais aussi des questions bien concrètes : Combien ça coute ? Quel est mon risque ? A quoi j’ai droit ?  
Les réponses des simulateurs publics ou privés étaient très incomplètes et surtout totalement éparpillées.
Nous étions donc convaincus qu’il fallait créer un outil imbriquant le droit, le chiffre et la technologie pour apporter ces réponses, et aider salariés et entreprises à faire des choix éclairés. Je suis très heureux de présenter aujourd’hui Jobexit à nos confrères.

Jobexit, c’est quoi ?

C’est une application en ligne qui permet, en quelques dizaines de secondes, de calculer la totalité des sommes liées à la rupture du contrat de travail, des congés payés à l’allocation chômage en passant par l’indemnité de rupture et le risque prud’homal. 
Les informations sont affichées en coût employeur, brut, net et net après impôts, et on peut comparer côte à côte plusieurs types de rupture, par exemple une rupture conventionnelle et un licenciement économique. Nous intégrons à ce jour 103 conventions collectives, les plus grosses en effectifs. 
Sur jobexit.fr, nous fournissons un simulateur gratuit pour les salariés, et, sur abonnement,

un simulateur étendu destiné aux employeurs et à leurs conseils, au premier rang desquels les avocats. 

Quels bénéfices promettez-vous à vos utilisateurs ?  

Jobexit, c’est d’abord la rapidité offerte par notre technologie. Un chiffrage précis et exhaustif, c’est au bas mot 3 heures de travail. Notre outil le fait en moins d’une minute pour la première restitution, et quelques minutes de plus si on veut affiner le résultat.  
C’est ensuite un outil d’aide à la décision. Les employeurs comme les salariés ont souvent à choisir entre différents types de rupture. Nous sommes le seul simulateur comparatif du marché.  

 

 

 

Pour les praticiens, c’est aussi l’avantage de se libérer de la veille juridique. Nous garantissons la conformité du résultat à la réglementation fiscale, sociale et d’assurance chômage, et aux conventions collectives. 
Jobexit, c’est enfin un beau rendu sur pdf, sous le logo du cabinet d’avocats : finis les bouts de tableau Excel et les multiplications dans le corps de l’email ! 

Dans quelle mesure Jobexit pourrait faciliter la résolution amiable des différends entre salariés et employeurs ? 

Aujourd’hui, on compte chaque mois 60 000 licenciements pour 37 000 ruptures conventionnelles, un dispositif largement banalisé. Et nombre de licenciements donnent lieu à transaction ou conciliation. Jobexit s’inscrit dans ce mouvement en intégrant la simulation du risque prud’homal, mais aussi une composante « sommes négociées ».  
Notre souhait est de fournir une vision objective des montants liés à la rupture, qui sont l’objet à la fois de fantasmes et de craintes. 

Cet outil pourrait-il être utilisé dans le futur par les juridictions prud’homales ?

Nous n’y avons pas encore pensé, mais on pourrait imaginer que le juge soit amené à vérifier le montant d’une indemnité sollicitée avec notre simulateur.

Et quelle sera la plus-value de l’avocat avec cet outil ?

La plus-value, c’est que l’avocat tient le moyen de s’approprier la question du chiffrage dès le début du dossier et de l’utiliser pour sa mission de conseil.   L’avocat donne à la machine ce qu’elle peut faire mieux et plus vite que lui, et retrouve du temps pour ce en quoi il ne sera jamais remplacé par la machine : l’approche client, la tactique et tout ce qui fait de nous des conseils à qui on a envie de parler.

Quels retours de vos premiers clients ?

Nous avons une très bonne notation des utilisateurs (4,6). 
Depuis la mise en ligne de Jobexit, 6 000 simulations ont été réalisées, pour 4 000 utilisateurs uniques, et depuis 

novembre dernier, l’utilisation de notre simulateur augmente de 15% par semaine en moyenne.  
Côté abonnements payants, nous avons parmi nos premiers clients une consœur exerçant à titre individuel, un cabinet de 6 praticiens, une structure parisienne de 40 avocats, et tout récemment, nous avons équipé le cabinet Barthélémy Avocats et ses 120 spécialistes. 
L’outil est donc perçu comme rendant un réel service et nous espérons que les confrères et consœurs travaillistes de notre barreau s’en saisiront !

Pour créer un compte gratuitement et bénéficier de 15 jours de tests, rendez-vous sur https://www.jobexit.fr/employeur/le-simulateur-jobexit-employeur 

Les membres de la Commission du Jeune barreau remercient chaleureusement Maître Jean Martinez pour cet entretien et espèrent que Jobexit connaîtra une notoriété aussi belle que le concours d’éloquence Demosthene qu’il avait créé quand il était étudiant à la faculté d’Aix-en-Provence !

 

Propos recueillis par 
la Commission du
Jeune barreau 

Retour

Accès direct

Le barreau

plus

L'incubateur

plus

Immobilier

plus

Nous contacter

Veuillez préciser votre demande
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide