Ordre des avocats au barreau de Marseille
Actualités

Premiers retours sur le sondage de la collaboration

 

  

 

L’Ordre des avocats, sous l’impulsion de Monsieur le bâtonnier, a souhaité repenser l’approche de la collaboration au sein du barreau de Marseille, pour accroître son attractivité auprès des jeunes et futurs confrères, en proposant des conditions d’exercice améliorées et modernes.

 

 

Au-delà d’une rétrocession mi­nimale qui n’avait plus évolué depuis plus de 10 ans et qui a été augmentée lors du dernier Conseil de l’Ordre de décembre (2.200 € pour la pre­mière année d’exercice, 2.300 € pour la seconde), il est également constaté que beaucoup de cabinets ont de sérieuses difficultés pour recruter des collaborateurs, en particulier dans cer­taines spécialités (PI, droit fiscal, droit social, droit immobilier etc.). Aussi, afin de pouvoir recenser les problématiques mais aussi les satisfactions liées à la col­laboration et cibler les besoins, un grand sondage a été organisé et diffusé entre octobre et décembre 2021 auprès des avocats du barreau de Marseille, à l’attention des collaborateurs et des confrères recruteurs.

Les réponses ont été mas­sives puisqu’il en a été recensé plus de 900 !

Ce retour significatif permet de considé­rer que les résultats de ce sondage sont une photogra­phie fidèle de l’état de la collaboration au sein de notre barreau. Il est à noter également que le sondage comportait plusieurs questions ouvertes, permettant des réponses libres. C’est ainsi que le sondage dédié aux collaborateurs a révélé de véritables appels aux secours, des alertes liées à des situations de souffrance ou de harcè­lement. Par suite et sur la base de ces informations, la commission collaboration a lancé une consultation auprès de la commis­sion du jeune barreau et des syndicats.

Les premiers enseignements de cette consultation

La commission collaboration va désor­mais poursuivre son travail de synthèse afin de soumettre prochainement au Conseil de l’Ordre un rapport défini­tif et exhaustif avec des propositions concrètes pour améliorer les condition d’exercice de la 

collaboration, dans un rapport gagnant/gagnant.
Des premières pistes sont envisagées, parmi lesquelles la mise en place d’une plateforme collaborative sur le site de l’Ordre pour faciliter la sous-traitance ponctuelle et l’échange de dossiers, l’incitation à de nouvelles formes de rémunération variable, la lutte contre le harcèlement.
Les difficultés de recrutement pour certains cabinets nécessitent égale­ment que le barreau valorise son attractivité auprès des jeunes collaborateurs et la faire connaitre auprès des étudiants destinés à intégrer notre pro­fession. C’est dans cette optique que le barreau a également signé dernièrement des partenariats avec la faculté de droit d'Aix-Marseille afin de faciliter l’accueil d’étudiants et notamment d’alternants au sein des ca­binets marseillais.

[ Contrairement à certaines idées reçues,
l’avocat marseillais qui exerce individuellement
est à la fois dynamique (il s’installe tôt)
et finalement, assez satisfait de sa situation. ]

 

 

Quelques chiffres significatifs

 

S’agissant 
des collaborateurs 

Il est intéressant de noter que la collaboration dure en moyenne 5 ans. 


73% des collaborateurs sont satisfaits des conditions d’exercice mais 10 % ne le sont pas du tout.  

37% des collaborateurs ont une rétrocession inférieure ou égale à 2.600 € et 10% dépassent les 4.000 €.  

72% ont une rétrocession fixe mais il existe un vrai attrait 
pour les modes de rémunération variable. 

40% des collaborateurs ne font pas de permanences et le pourcentage du CA dédié est finalement relativement faible (70% des permanenciers ont un CA dédié inférieur à 20%).

De même, le CA relatif aux dossiers personnels reste encore faible (50% font entre 0 et 15% de leur CA) mais un tiers pense avoir une possibilité d’association. 

Chiffre important quant au problème de recrutement de collaborateurs spécialisés : seuls 11% se considèrent comme étant « spécialisé ».

S’agissant 
des cabinets recruteurs

81% sont des cabinets à plus de 2 associés. La plupart des ca­binets recruteurs ont entre 2 et 5 associés (68%), preuve de la richesse de l’association

La possibilité de l’intéressement démontre l’inventivité des cabinets marseillais qui envisagent plusieurs modes de rémunération : pourcentage sur le CA avec des seuils de déclenchement ou non, sur le pourcentage CA du cabinet etc.  

Enfin, 40 % des cabinets rencontrent des difficultés pour recruter un collaborateur en rapport avec leur domaine d’activité mais 66% sont susceptibles d’associer un collaborateur.

S’agissant des avocats exerçant sous forme individuelle

35 % des avocats individuels qui ont un collaborateur ont moins de 10 ans de barre et 62 % d’entre eux se sont installés dans les 5 ans de leur prestation de serment. 

60 % n’envisagent pas de recruter prochainement un collaborateur, essentiellement pour des raisons financières (46%). 

Seuls 4% envisagent de redevenir collaborateur et 47% envisagent une prochaine association. 

 

 








Me Michel Kuhn

membre du conseil 
de l'ordre

Retour

Accès direct

Le barreau

plus

L'incubateur

plus

Immobilier

plus

Nous contacter

Veuillez préciser votre demande
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide