Ordre des avocats au barreau de Marseille
Actualités

CRÉATION DE L’ASSOCIATION DE LA CONFÉRENCE DU BARREAU

 

 

 

 

 

 

 

Kevin LEFEBVRE-GOIRAND,
Charles BENOIT,
Adrienne CALLEJAS,
Xavier PIZARRO, 
actuels lauréats 
de la Conférence 
du barreau de Marseille.

 

 

La Conférence est une institution historique, pouvez-vous nous en parler ?

Kevin Lefebvre-Goirand, Charles Benoit, Adrienne Callejas, Xavier Pizarro :

La Conférence est une pratique issue d’abord des barreaux de Paris et de Lille, et dont l’objectif premier était de permettre une transmission du savoir des avocats expérimentés aux jeunes avocats, par l’organisation régulière de rencontres au sein de la bibliothèque de l’Ordre.
Les plus talentueux des participants à ces conférences étaient distingués par le titre de secrétaires. Cette tradition a perduré jusqu’à ce jour au sein des barreaux français avec des particularismes locaux, jusqu’à ce que la loi du 31 décembre 1991 rende obligatoire l’existence d’une conférence du stage dans tous les barreaux de France.
Lorsque le stage a été supprimé avec l’institution du CAPA, la plupart des barreaux ont modifié le nom de la conférence du stage pour la « Conférence du jeune barreau », ou « Conférence du barreau de… ». Marseille avait opté pour la première appellation. Cependant, afin d’éviter une confusion avec la Commission du jeune barreau, c’est désormais la « Conférence du barreau de Marseille » qui a récemment été retenue par l’Ordre.
De nos jours, chaque barreau a sa propre conception de la conférence, avec plus ou moins de fonctions attribuées aux secrétaires ou lauréats de la conférence. Mais le point commun entre les conférences de tous les barreaux est l’organisation d’un concours annuel dont l’objectif est de promouvoir l’éloquence.

À Marseille, le concours est ouvert à tous les avocats du barreau de Marseille ayant moins de quatre années de barre.
Chaque candidat plaide pendant dix minutes le sujet qu’il a choisi parmi ceux proposés, tels que « ce n’est  pas en coupant toutes les fleurs que l’on arrêtera le printemps », « ce qu’on ne peut pas dire, doit-on le taire (?) », ou bien encore, « faut-il se souvenir de tout (?) » s’agissant de la dernière édition.
Le jury choisit ensuite, parmi les candidats, les trois lauréats qui auront la chance, jusqu’à l’organisation du prochain concours, de représenter le barreau dans les différents évènements.

Avec l’appui du Conseil de l’Ordre, vous souhaitez créer l’association de la Conférence, dans quel but ?

Au lendemain du concours, en mai dernier, nous recevions des chaleureuses félicitations de confrères et consœurs, et parmi eux, celles d’anciens lauréats, qui évoquaient ce que nous vivions non sans une certaine nostalgie. Nous nous sommes aperçus rapidement qu’il était difficile d’identifier les anciens lauréats, et en avons déduit qu’il manquait une structure pour faire vivre au quotidien l’esprit de la conférence.
En outre, au grès des rentrées solennelles auxquelles nous avons eu l’honneur d’accompagner le bâtonnier du barreau de Marseille, ou de représenter le barreau, nous avons également constaté que les autres barreaux comptaient une association réunissant ses anciens lauréats, avec tous les côtés positifs constatés en termes de convivialité et

de transmission. Dès lors, et après avoir recueilli l’avis général de plusieurs confrères, lequel fut unanimement positif, nous avons pris la décision de soumettre au Conseil de l’Ordre notre projet de création d’une association relative à la Conférence du barreau de Marseille.
 
L’un de ses objectifs pourrait être par exemple de participer à l'organisation et à la promotion du concours de la Conférence, ou bien encore de se mettre au service de l’Ordre pour contribuer à l'organisation de la rentrée solennelle du barreau de Marseille.
L’association aurait pour mission de contribuer, par tout moyen, au rayonnement national et international du barreau de Marseille, en œuvrant pour la défense de la langue française et plus généralement de l'art oratoire en organisant des événements, réunions, concours ou autres manifestations.
Enfin, l’association a surtout pour principale ambition de rassembler tous les anciens lauréats de la Conférence, lors d’un ou plusieurs événements annuels à caractère festif, aux fins que ces derniers se rencontrent et tissent davantage de liens. Le Conseil de l’Ordre a, lors de sa réunion du 1er février dernier, validé le projet de création d’une telle association et désigné cinq rapporteurs chargés de travailler sur le projet. Nous nous en réjouissons.

 

 

Pourquoi les jeunes confrères devraient participer au concours de la Conférence de notre barreau ?

Le concours de la Conférence est une expérience marquante et enrichissante à plusieurs égards. Participer, c’est faire le choix de faire vivre une tradition forte qui rassemble notre barreau le temps d’une journée dans un climat de profonde confraternité. On vient s’amuser, se soumettre au jugement bienveillant de ses pairs et s’enrichir de ce que les autres ont à dire.
En cas de succès, c’est une vraie chance dans le début de carrière d’un jeune avocat. C’est d’abord rejoindre ceux qui nous ont précédés et la liste est…intimidante (rires)…tant elle compte d’éminents confrères et de bâtonniers qui, comme vous, ont marqué l’histoire de notre barreau.

C’est aussi l’occasion de s’intégrer au sein de la grande famille que l’on vient de rejoindre. Les lauréats sont sollicités pour représenter le barreau et accompagner le bâtonnier à diverses manifestations publiques ou rentrées solennelles, c’est donc une année riche en rencontres. Les deux premiers lauréats ont aussi l’immense honneur de prononcer un discours remarqué à l’occasion de la rentrée solennelle de notre barreau.

Et comme l’avocat ne saurait vivre que du verbe, les prix sont très généreusement dotés, le premier lauréat se voit attribuer 2000 euros, le second 1700 euros et le troisième 1500 euros. Être lauréat de la Conférence est aussi un atout indéniable pour le jeune avocat dans le développement de sa clientèle qui demeure sensible à la représentation dans l’imaginaire collectif de l’avocat orateur.

L’an dernier, la Conférence a battu un record de participation avec près d’une quarantaine de candidats. Dès lors, nous lançons un appel à nos confrères pour être encore plus nombreux à la prochaine édition de ce moment important de la vie de notre barreau.

 

 

Propos recueillis par 
Geneviève MAILLET,
Bâtonnière du barreau de MARSEILLE, 
première lauréate ex aequo 
de la Conférence (1986) 
sous le bâtonnat 
de Raoul LEGIER.

Retour

Accès direct

Le barreau

plus

L'incubateur

plus

Immobilier

plus

Nous contacter

Veuillez préciser votre demande
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide