Ordre des avocats au barreau de Marseille
Actualités

Être un avocat conquérant et optimiste

  

Petit précis d’un avocat bien
dans son époque post-covid

C’est parce que nous sommes dans un tunnel de privations, de doutes et de craintes depuis plus d’un an que nous peinons à voir les signaux positifs qui nous entourent. 

Le monde a été à l’arrêt et pourtant il n’a jamais autant évolué. 

  

Avez-vous remarqué
que toute une nouvelle
économie s’est développée
en un temps record ? 

Il y a quelques années, on nous imposait presque une start’up nation qui divisait la population en deux catégories : les start’upeurs avec leurs projets connectés qui devaient révolutionner la planète et la TPE provinciale « classique » assimilée à l’ancien monde.
Ce clivage a créé une défiance entre ces deux modèles antinomiques. 
La Covid aurait pu accentuer ce clivage et creuser davantage les écarts entre ceux qui avait pris le train de la Start’up nation et ceux qui étaient restés à quai. 

Mais au contraire, nous avons réalisé que la rentabilité n’était plus le seul point d’orgue de notre économie et que l’impact et la durabilité étaient aussi des critères fondamentaux.
Le monde confiné s’est transformé et a opéré une révolution sur une période très courte, la digitalisation s’est accélérée tout en privilégiant une économie circulaire et éthique. La Covid a certes profité à Amazon et Uber, mais a également permis de créer des circuits courts en faisant émerger des petits commerces locaux qui ont envahi le marché poussés par un vent de made in France.

  

Et nous dans ce monde,
qui sommes-nous ?

La déontologie est une valeur qui est ancrée dans notre corps, nous la connaissons, la respectons et savons à quel point elle est la garante de notre système. Nous étions donc déjà dans le monde d’après qui évolue vers un paradigme toujours plus éthique et raisonné.  Le droit n’est pas qu’une contrainte produisant des règles justes, il est également là pour accompagner les pratiques et les évolutions qui s’imposent à nous.
Voilà plusieurs années déjà que le barreau de Marseille a organisé des colloques sur la responsabilité sociétale des entreprises ou encore sur le rôle de l’avocat en matière d’environnement et de climat mais jamais toutes ces aspirations n’ont eu autant de sens qu’aujourd’hui.

Être un avocat conquérant c’est prendre conscience que ces transitions sociétales ne pourront passer que par des transitions juridiques que nous seuls maîtrisons à la perfection. Pour vous en convaincre, prenez l’exemple de « l’affaire du siècle » qui a posé le droit comme solution aux défis climatiques. *
Être un avocat optimiste, c’est croire que nous pouvons être les pionniers dans la conquête de nouveaux domaines d’activités juridiques. 

* (Réf. Article de Madame le bâtonnier Geneviève Maillet : Une bombe verte : « L’affaire du siècle » p 37 du JDB 1 Marseille 2021)

  

Le monde du travail tend
à la réalisation de tâches
effectuées par des prestataires.

Est-ce que cela crée de l’instabilité ? 

Oui, c’est d’ailleurs une mauvaise nouvelle si l’on reste figé dans le monde d’avant, mais c’est une bonne nouvelle dans le monde d’après, car sans avocat il n’y a pas de fluidité dans les rapports économiques et dans l’accomplissement de ces nouvelles tâches.

Être un avocat dynamique, c’est penser collectif tout en créant ses propres opportunités. Je comprends les inquiétudes ; optimiste ne veut pas dire naïf, il est certain que nous ne pourrons pas tous devenir des avocats ultra-digitaux et connectés, mais nous sommes tous en capacité de nous emparer des innovations d’usage pour mieux conseiller et défendre nos clients.

La digitalisation de l’avocat conquérant doit être basée sur l’humain, en prenant le meilleur de cette transition numérique comme une chance de remettre au cœur du réacteur judiciaire les justiciables, les avocats, les magistrats, les greffiers et toute la famille judiciaire. 
L’avocat conquérant du monde post-Covid est celui qui saura maintenir la confiance que les justiciables nous accordent en étant acteur de notre évolution.

C’est cette ambition qui anime chaque jour le barreau de Marseille et c’est pourquoi je travaille avec les membres du Conseil de l’ordre à ce que l’avocat marseillais devienne un avocat conquérant, bien dans sa robe et son époque.  

  

Le Bâtonnier,
Jean-Raphaël Fernandez



Retour

Accès direct

Le barreau

plus

L'incubateur

plus

Immobilier

plus

Nous contacter

Veuillez préciser votre demande
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide