JDB_N3_2022_WEB

BJ MD JOURNAL DU BARREAU DE MARSEILLE 2022 /3 RENTRÉE SOLENNELLE DUBARREAU DEMARSEILLE MÉMOIRE DU BARREAU INTERVIEWDE MAÎTRE MIREILLEMOUREN +

L’a ur ce de v re sérén é • Assurances RCP Complémentaires jusqu’à 95 M€ • Assurance Fiducie • Assurance Multirisque Bureau • Assurance Cyber-Risques • Assurance de la Solidarité des Associés et Prévention des difficultés des cabinets • Assurances Prévoyance et Santé LPA Créée par les avocats pour les avocats, la Société de Courtage des Barreaux est LE courtier de la profession. SCB : 47 bis D Bd Carnot • CS 20740 • 13617 Aix-en-Provence cedex 1 • Tél. : 04 13 41 98 30 • Fax : 04 13 41 98 31 • contact@scb-assurances.com www.scb-assurances.com Nous proposons les contrats indispensables à l’exercice de votre activité : S.C.B. Société de Courtage en Assurances immatriculée au Registre Unique des intermédiaires d’assurances sous le N° 07 005 717 - www.orias.fr

SOMMAIRE Numéro 3 - 2022 - Revue de l’Ordre des avocats au barreau de Marseille - ISSN : 2269-448X - Maison de l’avocat : 51, rue Grignan 13006 Marseille Téléphone : 04 91 15 31 13 - Télécopie : 04 91 55 02 10 • e-mail : sao@barreau-marseille.avocat.fr - site internet : www.barreau-marseille.avocat.fr • bâtonnier : Jean-Raphaël Fernandez • Directeur de la publication : Jean-Baptiste Blanc • Comité de rédaction : Yann Arnoux-Pollak, Julien Ayoun, Geneviève Maillet, Jérôme Gavaudan, Marc Ringlé, Élisabeth Audouard, Christian Baillon-Passe, Sylvie Campocasso, Julien Bernard, Philippe Daumas, Bertrand de Haut de Sigy, Jimmy Impinna, François Morabito, Nathalie Olmer, Julie Segond • Communication, coordination et photographies : Isabelle Zalachas et Alison Vannucchi - Xdr • Réalisation : Publications Commerciales / Sabine Guglielmetti. 04 91 13 66 00 • Publicité commerciale : Sophie Magnan 06 17 27 71 61. JDB MARSEILLE BKA le Journal du barreau de Marseille est réalisé depuis plus de 15 ans en partenariat avec les Nouvelles Publications LE MOT DU BÂTONNIER �������������������������������P 3 ÉDITO DE LARÉDACTION ����������������������������P 6 VOTREBARREAU / L’AVOCATHONORAIRE ���P 8 - Mode d’emploi des rustines de la justice DES NOUVELLES DE LACARPA ���������������P 10 - Les défis de la carpa COMMISSION DU JEUNE BARREAU ��������P 12 - La premiēre rentrée de la CJB de Marseille ENDIRECT DUCNB ��������������������������������������P14 - 38 millions de français ont vu la campagne « juste ou injuste » INTERNATIONAL ��������������������������������������������P16 - Cambodge : lutter contre les violences sexuelles faites aux femmes & prévenir l’infection au VIH LAPAROLEAUX SYNDICATS ��������������������� P18 - ACE : c’est la rentrée…. - SAF : annexe à la déclaration d’appel Halte au déni de justice - UJA : l’avocat & l’installation numérique DOSSIER RENTRÉE SOLENNELLE �����������������������������P21 - Audience solennelle de rentrée du barreau, discours du bâtonnier - Discours du président du tribunal judiciaire de Marseille, Olivier Leurent, - Hommage aux avocats du barreau de Marseille qui ont fêté 50 ans de barre - Kevin Lefebvre Goirand, 1er lauréat du concours de la CJB 2021 : éloge funèbre de Maître Émile Pollak - Charles Benoît, 2e lauréat du concours de la CJB 2021 : éloge funèbre de Maître Éric Dupond-Moretti INNOVATION&NUMÉRIQUE �����������������������P45 - Focus sur la journée de l’innovation 2022 RÉFORMES �����������������������������������������������������P46 - Le décret du 25 février 2022 une « petite » révolution LES MARD �������������������������������������������������������P 50 - La médiation et la confidentialité des échanges LIBRES PROPOS �������������������������������������������P52 - L’Asic fête ses 40 ans ! - Quelles nouvelles du droit public ? CULTURE / LAPLUME & LAROBE ��������������P53 - La cause des droits - Minuit dans la ville des songes HISTOIRE&MÉMOIREDUBARREAU ������P54 - Interview de Maître Mireille Mouren SPORT ��������������������������������������������������������������P58 - 31ème Juris'Cup, une édition mémorable. ÉVÈNEMENTS DES DERNIERS MOIS �������P 60 ANOTER / EN BREF ��������������������������������������P 64

La Société Marseillaise de Crédit développe une expertise auprès du Barreau de Marseille et s’engage à être au plus près des exigences de votre activité. Un interlocuteur unique vous accompagne au quotidien et des spécialistes vous appuient dans la réalisation de vos projets. VOUS PROPOSER EXPERTISE ET PROXIMITÉ, C’EST NOTRE ENGAGEMENT POUR VOUS SATISFAIRE Photo retouchée Société Marseillaise de Crédit, Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de EUR 24 471 936 -SIREN 054 806 542 RCS Marseille Siège social : 75, rue Paradis 13006 Marseille. Crédit photo : Getty Images

[R]évolution des symboles Jeme suis longuement interrogé sur la teneur de cemot du bâtonnier car plusieurs sujets d’actualité s’entrechoquent. A Marseille, le point qui nous préoccupe tous est la création d'une grande cité judiciaire car c’est un enjeu majeur pour la ville, pour ses habitants et pour tous les acteurs de la justice dont les avocats sont les plus nombreux. Aujourd'hui la justice marseillaise est éparpillée car elle se rend sur sept sites différents ce qui n’est pas l’idéal. Marseille, deuxième ville de France, premier tribunal judiciaire de province, doit se doter d'une grande cité judiciaire et nous sommes tous d'accord sur cet impératif. Durant l'été des engagements chiffrés ont été pris par le ministère de la justice en vue de l'édification de cette grande cité judiciaire à horizon 10 ans. Compte tenu de l'éclatement des différentes juridictions et de l'état de dégradation d'une partie d'entre elles, les avocats sont favorables à la création d’un lieu moderne et fluide. Toutefois, sa localisation est un souci majeur et 3 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 LE MOT DU BÂTONNIER

4 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 LE MOT DU BÂTONNIER soulève de nombreuses interrogations car nous ne sommes pas suffisamment associés au projet. Historiquement la justice s'est toujours rendue au cœur de la ville, lieu qui fédère l'ensemble des forces de la cité et qui est un point de ralliement naturel pour tous ses habitants. Le lieu où s’exerce la mission de justice n’est pas anodin, on aurait tort de croire qu’une tour de verre placée là, simplement parce qu’il y a un terrain disponible va guérir nos maux de justice. Notre mémoire collective est empreinte de symboles. Aux origines, la justice devait être rendue sur lamontagne à son sommet et à l’ombre d’un chêne. L’arbre était identifié comme le pilier du monde, les branches vers le ciel et les racines bien ancrées dans la terre. N’oublions jamais que l’État et de facto la justice ont un pouvoir exorbitant qui est celui du droit de juger son semblable, s’arroger ce droit doit s’accompagner de la conscience d’en être que de simples dépositaires, l’État et la Justice ne rendent que ce qu’on leur a confié dans l’intérêt commun. Les symboles sont vivaces, le « palais », le « parquet », les représentations du glaive et de l’épée attributs de Némésis, déesse grecque de la vengeance… l’architecture et l’emplacement de là où se rend la justice ne sont pas simplement des bâtiments de pierres et de ciment. L’emplacement est également chargé de symbole et d’attachement pour tout citoyen. AMarseille, le tribunal judiciaire se situe près du Vieux-Port et il est proche à la fois de la préfecture et de la mairie qui sont tous les symboles forts de la République française. Passer devant notre palais de justice suscite le respect, la crainte, l’angoisse, l’incompréhension… Le palais interroge. C’est un impératif, pour qu’une puissance soit pérenne, on se doit de susciter l’interrogation et l’intelligence des citoyens. L’adhésion à une force n’est pas automatique, elle se cultive. Dans le monde où nous vivons, je constate la perte de sens autour de moi, l’anéantissement des symboles un à un, nous voulons faire table rase de notre passé, notre histoire, l’ancien monde était trop ceci, trop cela, pas assez comme ça… nous voulons repartir de zéro en zappant et nous voulons le faire vite, très vite… Je ne suis pas ancré dans le passé, bien au contraire, je prône un modernisme, je suis pour l’évolution intelligente et collective de nos institutions, mais je suis contre tout raser, je suis contre l’abolissement de tous les repères de notre société. On ne peut pas brader une fois de plus la justice trop souvent délaissée. Je déplore qu’on occulte le principe essentiel qui est que la justice soit rendue «au nom du Peuple Français » en ne mettant pas le citoyen au cœur de ce projet. Aujourd’hui nous ne disposons pas d’assez d’éléments, toutefois il semblerait que la construction de cette grande cité de 40000 m² serait difficilement réalisable en centre-ville, il n'y aurait pas de lieu adapté. C’est la raison pour laquelle de nombreuses autres solutions sont actuellement étudiées. À l'heure où le centre-ville historique de Marseille connaît des difficultés économiques importantes et où des initiatives sont prises pour lui redonner un attrait, le départ de toute la famille judiciaire pourrait ruiner et achever définitivement ce cœur de la ville. Marseille est la ville la plus embouteillée d'Europe et le déplacement de ce tribunal loin du centre-ville sans accès permettant de s'y rendre aisément serait ici, plus qu'ailleurs, source de nombreux problèmes. Là encore on va vite trop vite. Pour toutes ces raisons, les premières propositions d'implantation de la cité judiciaire hors du centre-ville ne peuvent pas recevoir l'approbation du barreau. Actuellement, nous discutons avec les élus locaux et nationaux ainsi qu'avec les associations de commerçants et toutes celles et tous ceux qui sont intéressés par cette question. Les avocats qui se déplacent quotidiennement au sein des juridictions se battront donc pour faire entendre leur voix et leur position, le bâtonnier élu et moi-même sommes, en tout point, en phase sur cette position. Le deuxième point d’actualité, symbole auquel nous sommes particulièrement attachés, concerne la Maison de l’avocat. Elle est le lieu de l’organisation des services collectifs de notre barreau, de rencontres et d’échanges confraternels entre nous. Le barreau de Marseille a pu travailler sur l’état de son patrimoine immobilier au cours de ces dernières années. Historiquement nous le savons, la maison de l'avocat était propriétaire du bloc comprenant l'immeuble côté rue Grignan et l'immeuble arrière côté rue Montgrand, ces deux bâtiments étant reliés par le couloir des boîtes et le patio. Au fil des années, ce patrimoine s'est dégradé notamment l'immeuble arrière situé rue Montgrand dont les toitures étaient dans un état de vétusté important générant de nombreuses infiltrations et dégradations dans la plupart des salles et bureaux

5 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 LE MOT DU BÂTONNIER de cette aile. En 2018 le barreau a saisi l'opportunité historique d'acheter un immeuble voisin dit « ancien siège du PS » dont l'état nécessitait une rénovation à tous les étages. Ces sept ou huit dernières années, plusieurs projets de rénovation ont été envisagés et ce afin de valoriser et conserver notre patrimoine. Mais nous avons appris il y a moins de deux ans que toutes les chambres civiles du tribunal judiciaire de Marseille seraient rassemblées dans un nouveau tribunal situé en haut de la rue Edouard Delanglade, libérant ainsi chez nous les deux étages haut du bâtiment rue Grignan. Les projets envisagés ont de facto dû être adaptés à cette nouvelle situation et ce fut l'occasion pour nous de repenser complètement le fonctionnement de la maison en essayant d'offrir une meilleure organisation des services pour faciliter l'accès aux avocats qui viennent au quotidien rencontrer les collaboratrices et des collaborateurs de l'Ordre. Cette réflexion a permis également de penser des espaces plus modernes et plus fonctionnels, le but étant d’éviter d'être disséminés entre plusieurs immeubles de la maison de l'avocat et ainsi fluidifier les échanges. C’est pourquoi, après de multiples réflexions, nous pouvons faire un état global des travaux faits et à venir. Ace jour les travaux de la salleAlbert Haddad sont terminés. Cette salle avait besoin d'être entièrement refaite car la climatisation, l'isolation phonique, l’acoustique, les panneaux amovibles étaient totalement hors service. Actuellement les travaux complets de reprise de l'immeuble côté rue Montgrand sont en cours afin de rendre enfin utilisable ce bâtiment. Rappelons qu’en raison de sa vétusté il était sous-exploité. Ces nouveaux espaces seront exploités en salles de formation, de médiation, d'arbitrage et d'expertise au profit des avocats du barreau de Marseille et de leurs clients. Les boîtes qui se situent actuellement au rez-de-chaussée seront déplacées en partie côté Montgrand et ce afin de pouvoir créer autour du patio central deux nouvelles salles de formation. Actuellement l’espace de la bibliothèque ouvrant sur le patio est en travaux, elle sera transformée en une salle plus accueillante permettant d'offrir au cœur de la maison un espace de convivialité. Communiquant avec ce patio extérieur repensé les échanges seront simplifiés et de meilleure qualité car la priorité est que les avocats puissent venir se retrouver dans un environnement chaleureux et fonctionnel. Enfin, dès le début de l'année 2023 lors du départ des chambres civiles du tribunal judiciaire, des travaux se poursuivront au sein des quatre étages du bâtiment côté Grignan afin de concentrer l'ensemble des services de l'Ordre et de la CARPAet remédier à l’éclatement des espaces. Avec la réalisation de ces travaux, nous avons été soucieux des biens et des intérêts qui nous sont confiés. À l’heure où les symboles s’effritent, le barreau a donc décidé d’investir pour moderniser le sien en offrant une Maison de l’avocat orientée vers plus de services pour les confrères. Ce sera le symbole d’un barreau fort, dynamique, moderne, connecté, tourné vers l’avenir, prenant toute sa place dans la nouvelle attractivité économique et touristique de la ville. JEAN-RAPHAËL FERNANDEZ BÂTONNIER

6 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 ÉDITO Cela fait déjà plusieurs semaines que l’heure de la rentrée a sonné pour le monde des avocats. C’est l’occasion de se remémorer les derniers instants forts de notre barreau et notamment l’incontournable Juris’Cup qui est venue, comme chaque année, clôturer la saison estivale. Cette 31e édition s’est encore déroulée sans anicroche : un record de participants sur le plan d’eau…mais également sur le plan…des festivités. Nous revenons sur ce week-end haut en couleurs dans notre rubrique « sport ». Mais l’évènement incontournable de ces derniers mois reste sans conteste la rentrée solennelle du barreau de Marseille. Les avocats de notre barreau ont pu, à nouveau, célébrer ce moment traditionnel entre les murs de notre palais de justice : une première depuis vingt ans que notre bâtonnier n’a pas manqué de relever. Tous les discours prononcés lors de l’audience solennelle de rentrée sont repris dans les colonnes de notre journal : Celui de Monsieur le président du tribunal judiciaire Olivier Leurent, de notre bâtonnier Jean-Raphaël Fernandez ainsi que les remarquables prestations de nos deux lauréats : Kévin Lefebvre-Goirand et Charles Benoit que je vous recommande de lire sans aucune modération ! JEAN-BAPTISTE BLANC DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

FAITES LE CHOIX DE SÉCURISER ET FIABILISER VOS DONNÉES COMPTABLES ET FISCALES. COMPTABILITÉ & CONSEIL POUR UN SUIVI PERSONNALISÉ ET UNE PAIE CONNECTÉE À L’ACTUALITÉ SOCIALE. PAIE & SOCIAL VISA FISCAL SOLUTIONS LOGICIELLES OPTEZPOURDESOUTILSSIMPLESET INTUITIFS ANAFAGC propose des solutions logicielles autonomes et/ou complémentaires pour la gestion complète de votre cabinet (AIDAVOCAT, I-COMPTA). Spécialement conçues pour s’adapter aux petites et moyennes structures, nos offres fonctionnent aussi bien enmonoposte qu’en réseau. ASSUREZVOTRECONFORMITÉFISCALE Avec le Visa, vous béné�ciez de la dispense de majoration de vos revenus professionnels. Avec l’Examen de Conformité Fiscale (ECF), vous attestez de votre conformité�scale auprès des administrations et de l’ensemble des tiers. ANAFAGC Association Nationale d’Assistance Fiscale et Administrative, de Gestion et de Comptabilité | 37 rue Anatole France, 92300 Levallois-Perret Tel. 01 44 68 60 00 contact@anafagc.fr anafagc.fr | | | SIRET 812 454 247 00337 TVA intracommunautaire FR 06 812 454 247 | PART ENA I RE DE VOT RE CAB I NE T INSCRITE AU TABLEAU DE L'ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES L’EXPERTISE COMPTABLE AU SERVICE DES PROFESSIONS LIBÉRALES LEADER AVOCAT DEPUIS 45 ANS L’EXPERTISECOMPTABLEADAPTÉEÀVOTREACTIVITÉ Ÿ Mission de tenue comptable avec traitement global (BNC & BIC) Tenue de votre comptabilité, de la saisie jusqu’à l’établissement des déclarations �scales obligatoires en fonction des échéances légales quel que soit votrestatut �scal (BNC, BIC, revenus fonciers, loueurs enmeublés). Ÿ Mission de révision avec gestion comptable assistée (BNC & BIC) Contrôle et révision de votre comptabilité saisie par vos soins a�n d’établir les déclarations�scales annuelles. CONSEIL&ACCOMPAGNEMENTSURMESURE Ÿ Fiscalitépersonnelle Un expert-comptable vous accompagne pour la préparation de votre déclaration personnelle d’impôt sur le revenu (IRPP) et l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Ÿ Traitement personnaliséde vos projets Accompagnement à la création, analyses �nancières et présentation des performances, tableau de bord, documents prévisionnels (acquisition, SCI…), accompagnement pour le �nancement d’investissement, mise en place d’outils de pilotage par la détermination d’un coût de revient, comptabilité analytique, évaluationd’entreprise. LAGESTIONDELAPAIEFIABLE&ÀPRIXFIXE Ÿ Missionpaie De la TPE au cabinet structuré (dimension nationale, « anglo-saxon »…), gestion de la paie quels que soient le type, l’objet ou la nature du contrat de travail de vos employés (secrétaires, juristes, stagiaires, contrats d’apprentissage, avocats salariés, expatriés et détachés…) et de vos propresbulletins en votrequalité demandataire social (dirigeants, PDG…). Ÿ Télétransmissionde vos déclarations sociales Établissement de toutes les déclarations liées à la paie : DSNmensuelles et évènementielles, et horsDSN. PILOTAGERHENLIGNEAVECE-COLLABORATRICE Pour gagner en e�cacité et accélérer votre transition digitale, E-COLLABORATRICE, plateforme collaborative entre vous, vos salariés et nous, vous permet d’établir des contrats de travail en 3 clics, de gérer absences, formations, entretiens annuels, de suivre les différents indicateurs RH via le tableau de bord intégré, disposer des a�chages obligatoires… ACCOMPAGNEMENTETSERVICESJURIDIQUES Rédactionde contrat de travail, procédure individuelle et collective, mise en placed’accords d’entreprise…

VOTRE BARREAU / L ’ AVOCAT HONORA I RE 8 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 MODE D’EMPLOI DES RUSTINES DE LA JUSTICE « L’avocat honoraire rustine pour la justice » tel était le titre de mon précédent article publié au nom de l’Association des Avocats Honoraires de Provence. ME ALAIN PROVANSAL PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION DES AVOCATS HONORAIRES DE PROVENCE Établi sur la base de la loi du 22 décembre 2021 il traitait du principe de la présence des avocats honoraires dans les cours criminelles et elles seules puisque les cours d’assisses n’étaient finalement pas concernées. Cette présence a été rejetée par le Conseil national des barreaux opposé à la création de ces cours criminelles et au fait que les avocats soient appelés à venir cacher la misère de la justice. Cette présence a cependant intéressé les avocats honoraires selon un sondage effectué par l’Association Nationale desAvocats Honoraires. Après tout appeler les avocats au même titre que les magistrats c’était une reconnaissance des qualités de notre profession en général et de ce qu’elle apporte déjà à la justice et des avocats honoraires en particulier qui participent encore beaucoup aux activités de leurs Ordres et apportent leur expérience. Depuis les textes règlementaires ont précisé certains points de cette réforme et il me faut compléter cet article. Dans un premier temps, le décret n°2022-72 du 6 mai 2022 sobrement intitulé « pris en application de l’article 3 de la loi organique n° 2021-1728 du 22 décembre 2021 pour la confiance dans l’institution judiciaire relatif au statut de l’avocat honoraires exerçant les fonctions d’assesseur des cours criminelles départementales » est venu préciser la nécessité d’une candidature, la nécessité d’une formation et envisager l’indemnisation des vacations. Le quémandeur doit établir un dossier de candidature - dont on ne sait toujours rien du contenu - destiné au Garde des Sceaux mais qu’il doit initialement transmettre aux « chefs » de la Cour d’appel dans le ressort de laquelle il réside, premier filtre, lesquels le soumettent ensuite avec leur avis motivé au Garde des Sceaux pour examen par le Conseil supérieur de la magistrature. Lors de cette candidature l’avocat honoraire doit désigner la cour dans laquelle il entend exercer. Tous les dossiers de demandes d’exercice devant cette cour sont examinés par la formation compétente à l’égard des magistrats du siège dudit Conseil supérieur. La nomination de l’impétrant l’oblige à une formation à l’École Nationale de la Magistrature préalablement à sa prise de fonction. Le contenu de cette formation de deux jours est fixé par arrêté ministériel (article 3). Soucieux de ses finances l’avocat honoraire saura grâce au décret (article 4) que l’indemnité de vacation forfaitaire à laquelle il aura droit est égale à : « trentecinq dix millièmes du traitement brut annuel moyen d’un magistrat du deuxième grade » ! Sauf que le deuxième grade (le plus bas bien sûr) comprend cinq échelons dont la rémunération varie du simple au double… sans compter les primes qui complètent sensiblement [ - Soucieux de ses finances l’avocat honoraire saura grâce au décret (article 4) que l’indemnité de vacation forfaitaire à laquelle il aura droit est égal à : « trente-cinq dix millièmes du traitement brut annuel moyen d’un magistrat du deuxième grade » ! ]

ces traitements. Peu importe ce n’est pas l’argent qui va attirer les candidats en général. D’autant que les vacations sont limitées à trois cents par an chacun. En outre pour chaque journée de formation préalable à l’ENM l’avocat honoraire perçoit une indemnité de vacation de la moitié de l’indemnité ci-dessus. Enfin il sera indemnisé de ses frais de déplacement dans les conditions prévues par le décret n° 2006-781 du 3 juillet 2006 relatif aux frais de déplacement des personnels civils de l’État. Le lecteur se reportera à ce texte bientôt (nous l’espérons) mis à jour avec l’inflation. Dans un deuxième temps, l’arrêté du 25 mai 2022 relatif à la formation préalable des avocats honoraires exerçant des fonctions juridictionnelles au sein des cours criminelles départementales précise la formation organisée par l’ENM : elle comprend des enseignements relatifs au statut et à la déontologie (des magistrats), à l’organisation, au fonctionnement et aux principes de la procédure devant les cours criminelles départementales ainsi qu’aux grands principes du droit de la peine. Le postulat c’est que les avocats honoraires en question ne seront pas tous des pénalistes chevronnés. D’autant que ces juridictions nouvelles ont leur propre fonctionnement et leur propre procédure. A l’issue de la formation et sous réserve d’assiduité, l’école remet à l‘avocat honoraire une attestation individuelle de formation. La réserve d’assiduité tient un peu de la naïveté primaire. Le texte ne va pas jusqu’à un contrôle de l’assimilation de la formation ! Reste qu’à ce jour le dossier de candidature n’est toujours pas précisé quant à son contenu alors que la réforme est en vigueur. Il sera quand même intéressant de savoir combien de nos confrères honoraires auront été séduits par les sirènes de la Chancellerie, combien seront acceptés en présupposant qu’ils feront tous la formation. La demande est certaine mais les restrictions géographiques (on ne peut être nommé dans la Cour dans le ressort de laquelle on a exercé depuis moins de cinq ans) et de limite d’âge (moins de 75 ans) vont peser sur la demande. Il s’agit pour le moment d’une expérimentation de trois ans durée maximale du poste. Donc est bien une rustine cet avocat honoraire appelé timidement pour combler les insuffisances de personnel judicaire dans des juridictions destinées à supplanter la justice populaire des cours d’assises considérées comme trop chronophages et lourdes financièrement et organisationnellement. Rustine de secours puisque les cours criminelles comprendront aussi et prioritairement des magistrats honoraires en outre des actifs, mais rustine de luxe puisque les pouvoirs publics reconnaissent l’avocat honoraire c’est-à-dire l’avocat comme digne de juger au même titre que le magistrat. 9 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 VOTRE BARREAU / L ’ AVOCAT HONORA I RE L’association des Avocats Honoraires a reçu le soutien de l’Ordre pour son initiative de susciter la rédaction de nos souvenirs. Le thème choisi cette année est « La première plaidoirie ». Un comité de lecture sélectionnera les publications retenues pour être présentées au barreau. Aucune contrainte d’aucune sorte n’est fixée, seuls sont recherchés le lien et l’harmonie entre les générations par la transmission. Laissons quelques instants de côté nos préoccupations quotidiennes pour participer tous ensemble à cet exercice fédérateur, pleinement révélateur de notre humanité. Nous espérons que vous serez nombreuses et nombreux à participer à cet exercice. Avos plumes donc ! PREMIÈRE PLAIDOIRIE CONTACT Vos textes sont à envoyer à l’adresse suivante : izalachas@barreaumarseille.fr avec en objet la mention « PREMIERE PLAIDOIRIE ». +

10 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 La confiance dont m’investit notre bâtonnier en me confiant la présidence déléguée de la CARPAm’honore, plus encore de la part de celui qui est un fin connaisseur des enjeux de cette institution et qui en fut un administrateur accompli. L’assentiment de notre bâtonnier élu et la recommandation de Me Philippe Cornet, qui quitte cette fonction, m’obligent encore plus. Le fait de mettre mes pas dans ceux demes prédécesseurs est une grande émotion et je pense à MeAntoine Versini. Je pense aussi à l’abnégation de Me Cornet et brosser à grands traits les cinq années du mandat de Philippe me permettra de donner une idée de ce que nous lui devons et des défis qui se dessinent. Dire que les défis relevés furent nombreux et difficiles relève de la litote, le retrait des chéquiers, la rénovation informatique, le passage du tout papier à webcarpa, les différents contrôles des instances nationales et internationales et l’avènement de la « compliance » comme déterminant de notre quotidien, la tentative de fusion avortée avec la CARPA aixoise, l’engagement indispensable dans l’UNCAet j’en passe tant cette énumération ne peut rendre justice à l’investissement sans faille de ce bourreau de travail. De fait, il s’agit bien d’un travail et je veux ici toujours souligner l’investissement bénévole de tous les élus pour la pérennité de l’outil commun, qu’il soit ordinal ou qu’il s’agisse de la CARPA, tous cumulent cet investissement avec leur activité propre, parfois même à son détriment ; Car il s’agit bien de faire fonctionner chaque jour des institutions au service de nos confrères, c’est si vrai de notre caisse que sans elle et sans les revenus qu’elle assure à notre Ordre, nos cotisations feraient plus que doubler, sans présenter d’autres perspectives, toutes plus désagréables les unes que les autres. Ces revenus nous sont assurés par les fruits des fonds que vous maniez pour le compte de vos clients, pour vous permettre cela et vous y aider, quelques soient les domaines d’activités et à Marseille nous les comptons tous, nous tentons de mettre à votre disposition un outil qui soit gage d’excellence. C’est bien là le défi qu’il nous faudra relever chaque jour si nous voulons conserver cet outil, le confort financier et l’indépendance qu’il permet ; Les flux financiers, de plus en plus complexes, de plus en plus surveillés, nous obligent à rendre des comptes sur les obligations légales qui sont les nôtres à cet égard, la « compliance » ou encoreà cet acronymebarbare «LCBFT» auquel je préfère « conformité », ce cadre légal est naturellement devenu la forme de notre activité. Nous avons tous été intimement choqués de la soumission de la profession d’avocat à la déclaration de soupçon, las, c’est désormais la CARPAqui s’y trouve assujettie, mais cet arbre ne doit pas cacher la forêt. Cette forêt ce sont les obligations de vigilance auxquelles nous sommes tous soumis et au premier chef la caisse, ainsi, pour la conserver nous devons nous approprier ces règles. Bonne nouvelle, c’est notremétier que de nous approprier le droit et de prendre la responsabilité de le mettre enœuvre. Mais il ne faut pas s’y tromper, l’enjeu véritable c’est ici le secret, notre secret professionnel, sans lequel l’avocat n’est plus et que beaucoup d’entre nous considèrent comme un absolu ; Hélas, notre Pays ne le reconnaît pas comme tel, ce sera là l’objet d’une lutte qui dépasse les Carpa mais dans lequel elles auront leur rôle à jouer ; Pour concilier ces deux impératifs, il n’existe qu’un seul moyen, faire du passage enCarpa un gage d’excellence et un imprimatur de conformité et mettre ce savoir faire au service de la profession. Si nous parvenons à atteindre cet objectif, nos Ordres auront les moyens financiers de relever les défis qui se profilent à l’horizon, ils seront nombreux ; Pour cela la remontée des taux d’intérêts ne doit pas nous faire perdre de vue les besoins sans cesse croissants de nos institutions dans la mise enœuvre de nos missions. Nous avons collectivement besoin de services efficaces et professionnalisés, ce que nous faisons, tous doivent le faire, cette nécessité dépasse le barreau de Marseille et concerne l’ensemble de la profession. Si les projets de fusiondesCarpan’ont pas pu aboutir, seule la mise en commun des moyens permettra de réaliser nos objectifs avec le souci de rester proches du terrain et surtout accessibles à nos confrères, tant il est vrai que souvent le dialogue permet de trouver des solutions. Tous nous avons pu apprécier le confort deWebcarpa, les solutions informatiques seront des aides précieuses, mais jamais elles ne devront permettre de couper le lien comme nous avons pu souvent le constater à la mise en œuvre de certains logiciels judiciaires. Nous devrons donc inventer une forme de mutualisation entre les barreaux qui permettra à tous d’accomplir les missions qui nous incombent, ce que nous ferons d’autant mieux en restant proches de nos clients et de nos confrères. Je tenterai d’être à la hauteur de ces défis avec l’aide indispensable de nos collaborateurs sans qui nous ne pourrions rien, c’est leur expérience et leur soutien indéfectible qui rend tout cela possible et c’est cet héritage que nous devons faire croître et embellir. LES DÉFIS DE LA CARPA ME LIONEL FEBBRARO PRÉSIDENT DÉLÉGUÉ DE LA CARPA DES NOUVELLES DE LA CARPA

KERIALIS VOUS AIDE À ASSURER L’AVENIR ! kerialis.fr Blog : kerialis-solidaire.fr #KerialisSolidaire EXIGEZ LE MIEUX. NI PLUS, NI MOINS ! SOLIDAIRE À VOS CÔTÉS ! Institution de prévoyance experte de la protection sociale des salariés des cabinets d’avocats. KERIALIS protège et accompagne ses clients depuis plus de 60 ans. Communication non contractuelle à caractère commercial - Octobre 2022 - © Photos : Adobe Stock, Unsplash KERIALIS Prévoyance - Institution de Prévoyance régie par les dispositions du Titre III du Livre IX du code de la Sécurité sociale N° SIREN : 784 411 175 80, rue Saint-Lazare – 75455 Paris Cedex 09 soumise au contrôle de l’ACPR, sise 4 Place de Budapest CS 92459 75 436 Paris Cedex 09

Ces activités comprennent une participation à un concours d’éloquence et l’usage est qu’un lauréat de la Conférence et un élu de la CJB puissent représenter le jeune barreau de Marseille lors de ces rentrées. Participer à ces rentrées le temps d’un long week-end permet aux membres du jeune barreau de rencontrer les jeunes confrères de barreaux extérieurs, leur bâtonnier et de créer du lien. 12 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 Les membres de la Commission du Jeune Barreau (CJB) et les lauréats de la Conférence ont l’opportunité de participer aux rentrées solennelles des barreaux extérieurs et sont destinataires d’invitations à participer aux activités proposées par les autres CJB et/ou les associations des secrétaires de la Conférence. COMMISSION DU JEUNE BARREAU LA PREMIĒRE RENTRÉE DE LACJB DE MARSEILLE

Ces rencontres donnent lieu à une véritable confraternité - quel plaisir de rencontrer et de connaître des confrères de plusieurs barreaux de France, de se proposer une aide mutuelle pour le suivi d’un dossier ou lors de déplacements auprès de juridictions extérieures à notre barreau. Dans une ambiance à la fois sérieuse et festive, ces liens noués avec les jeunes confrères des barreaux extérieurs sont voués à perdurer ; notamment grâce aux réseaux. À l’issue de ces rentrées, émergent des projets d’événements inter-barreaux telle que l’organisation d’événements sportifs (match amical de football entre l’équipe du barreau de Marseille et de Liège), mais c’est aussi et surtout l’occasion de comparer nos modes et conditions d’exercice respectifs lors de nos premières années de barre, de partager nos problématiques et solutions pour y remédier. Il ressort de ces rencontres avec les jeunes barreaux extérieurs une émulation positive tendant à améliorer notre pratique au quotidien, mais aussi de regorger d’idées de projets destinés à faire vivre le jeune barreau et renforcer la confraternité entre jeunes confrères. Depuis l’année 2021, la CJB et les lauréats ont déjà pu participer aux rentrées solennelles des barreaux de Versailles, Hauts-de-Seine, Paris, Liège, Lyon, Toulouse, Lausanne, Bruxelles et Luxembourg. Particulièrement bien accueillis et intégrés par les jeunes confrères des barreaux extérieurs, la CJB a soumis l’idée à Monsieur le bâtonnier Jean-Raphaël Fernandez d’organiser, pour la première fois, la rentrée de la CJB de Marseille. C’est donc du vendredi 24 juin au samedi 25 juin que les représentants des jeunes barreaux des Hauts-de-Seine, Pontoise, Nice et Versailles ont pu quitter la grisaille du Nord pour déposer leurs valises à Marseille et participer à la rentrée solennelle. Un déjeuner d’accueil à l’Hôtel Montgrand au sein d’une cour ombragée suivi de la séance de rentrée grandiose au Palais et de la somptueuse soirée au quai de la Major avec une vue époustouflante sur la mer Méditerranée a subjugué nos jeunes confrères. Le lendemain, leur séjour s'est poursuivi par une balade dans les Calanques et s’est clôturé autour d’un dîner au restaurant Chez Zé. COMMISSION DU JEUNE BARREAU 13 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 Chocolats Marrons glacés Calissons Fruits confits Biscuits Dragées Confiseries Nougats... CHOCOLATIER CONFISEUR Comité d’entreprise -10 % de remise Un large choix de produits gourmands conçus dans la plus grande tradition Provençale pour réaliser vos plus beaux coffrets. CADEAUX D’ENTREPRISE Une délicate attention pour vos clients et vos collaborateurs 19, ave. du Prado - 13006 Marseille Métro Castellane 04 91 80 08 08 - www.dromel-aine.com

EN DIRECT DU CNB CNB et France TV, un partenariat logique au service de l’intérêt général Un partenariat qui coule de source : le CNB comme France Télévisions sont au cœur de l’intérêt général. La régie publicitaire ne s’est d’ailleurs pas trompée en venant démarcher le CNB fin 2021 : des valeurs communes, un rôle au coeur de la société française et des opportunités inédites de communication. Sur les chaînes du groupe public, plus aucune publicité n’est autorisée après 20h, sauf celles dites d’intérêt général : une case minime que le CNB a la chance de pouvoir cocher. Cela offrait à une future campagne un écrin de visibilité exceptionnel. Le CNB a saisi cette opportunité pour proposer une campagne de promotion de la profession autour d’un concept cher au mandat de Jérôme Gavaudan : le lutte contre les injustices. Les Français sont victimes au quotidien d’injustices, d’ampleur variables et de situations toutes aussi diverses. Malheureusement très peu d’entre eux saisissent les avocats pour faire réparer ces injustices. De ce constat est née la campagne « Juste ou injuste ». Une création graphique sobre, centrée sur les personnes Des spots en deux parties, une question et une réponse, et 50 secondes pour valoriser le rôle de l’avocat auprès des Français. Un fond noir hypnotique oblige le spectateur à se concentrer sur les personnes. La création artistique reste sobre et laisse la place centrale au message porté par la campagne. Le visage grave, surplombé par la voix du célèbre chroniqueur judiciaire Fabrice Drouelle, ces personnes confient leurs injustices du quotidien. Juste ou injuste ? Quelle que soit la réponse à cette question, les avocats sont là pour les protéger. 12 spots sont ainsi créés : divorcer, construire sa maison, lancer son en14 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 treprise ou être victime de harcèlement scolaire… des situations du quotidien, dans lesquelles les avocats sont là pour protéger les Français, qui entendent et comprennent cette campagne : 91% la trouvent claire et facile à comprendre et 86% trouvent qu’elle démontre l’utilité et la légitimité de recourir à un avocat (sondage IPSOS pour le CNB, janvier 2022). Ils ont été diffusés de janvier à avril puis de mai à juillet, des spots centrés sur avocat.fr ont permis de passer de la réflexion à l’acte, de montrer que l’avocat était facilement accessible grâce à ce site, entièrement développé et géré par le CNB, qui met directement en relation les justiciables et les avocats pour des consultations par téléphone, mail, visio ou en cabinet. Trois quarts des Français ont vu la campagne France TV L’ensemble des spots a été diffusé principalement dans Télématin et avant les journaux télévisés de France 2 et France 2022 marque définitivement un tournant dans la communication pour la profession d’avocat. L’année où l’institution représentative de la profession - le Conseil national des barreaux - s’est associée au premier groupe audiovisuel public national - France Télévisions. CORALINE VASTRA RESPONSABLE COMMUNICATION AU CNB 38MILLIONS DE FRANÇAIS ONTVU LACAMPAGNE « JUSTE OU INJUSTE »

EN DIRECT DU CNB 3. Les Français ont également pu voir les publicités du CNB dans des contextes de très forte audience comme le tournoi des six nations (crunch France / Angleterre) ou celui de Roland Garros. Au total, ce sont plus de trois quarts des Français qui ont vu les spots publicitaires, en moyenne 14 fois. Une présence réfléchie et dans un contexte optimal qui permet à la profession de bénéficier d’une visibilité sans précédent. Un dispositif à 360° grâce au partenariat complémentaire avec BRUT Pour compléter ce dispositif avec une cible plus jeune qui ne regarde pas forcément la télévision, un second partenariat a été conclu avec le média en ligne BRUT. Avec sa ligne éditoriale reconnaissable entre toutes, ses partis pris clairs et des montages à fort impact, BRUT est le média idéal pour simplement montrer ce qu’est un avocat et réduire le fossé entre la perception et la réalité de la profession. 15 thématiques ont été sélectionnées et sur chacune d’entre elles un reportage est réalisé par les équipes BRUT, en lien avec la commission communication du CNB et la direction de la communication. Droit rural, jeune avocate, propriété intellectuelle ou fiscalité et même déontologie de la profession : aucun sujet n’est laissé de côté et les avocats répondent directement à tous les préjugés que l’ont peut entendre régulièrement sur la profession. Les vidéos BRUT ont déjà fait plus de 3 millions de vues Les premières vidéos diffusées en mars rencontrent rapidement un succès hors norme : au total, les 5 premières vidéos récoltent 3 472 000 vues. En août, la vidéo #8 est diffusée et 7 autres doivent encore suivre. Une saga à suivre sur les réseaux sociaux du CNB (Facebook, Linkedin, Twitter et Instagram) et ceux du média BRUT, qui connaitra un succès encore plus grand si elle est partagée par tous les avocats sur leurs propres réseaux ! + AVOCAT.FR, UN OUTIL DU CNB POUR DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE Le site avocat.fr est un service gratuit proposé par le Conseil national des barreaux. Tous les avocats peuvent s’y inscrire avec leur clé avocat ou leur identifiant e-dentitas et créer sa page personnelle ou une page cabinet à laquelle rattacher ses collaborateurs. Le site permet la prise de rendez-vous et le paiement en ligne. L’avocat peut personnaliser ses informations professionnelles, ses modes de consultation (téléphone, mail, visio, cabinet) et ses tarifs. PROGRESSION +27% de consultations visio sur avocat.fr entre janvier et juin 2022 +21% de visiteurs sur avocat.fr entre janvier et juin 2022 + 15 | JDB MARSEILLE 3 / 2022

16 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 INTERNATIONAL Ce projet, qui a pour ambition de lutter contre les violences sexuelles et favoriser l'accès aux soins des personnes atteintes du VIH, est réalisée en partenariat avec des acteurs locaux (L'ONG Cambodian Women for Peace and Development - CWPD, l'Université Royale du Cambodge, la Fondation Henri Capitant) et sous l'égide de bailleurs de fonds français et internationaux tels que le ministère des Affaires étrangères et l’organisation de la Francophonie. Ce projet, soutenu par le Conseil de l’Ordre et les bâtonniers Geneviève Maillet, Yan Arnoux-Pollak et Jean-Raphaël Fernandez, a été porté par nos confrères Delphine Gallin et Kevin Brigant. C'est dans ce cadre que ces derniers se sont rendus aux côtés de Monsieur le bâtonnier à Phnom Penh CAMBODGE LUTTER CONTRE LES VIOLENCES SEXUELLES FAITES AUX FEMMES & PREVENIR L’INFECTION AUVIH Notre barreau s'est associé depuis plusieurs années à l'association marseillaise Horizons Solidarités, spécialisée dans le domaine de la santé, pour mener un programme à destination des femmes cambodgiennes. MAÎTRES DELPHINE GALLIN ET KEVIN BRIGANT

au mois d'avril dernier afin de mener à bien la partie opérationnelle du programme en compagnie de membres de l'association. Ainsi, une série de trois séminaires de trois jours chacun s’est déroulée dans la capitale cambodgienne et dans deux provinces rurales afin de sensibiliser les acteurs de cette lutte (responsables régionales de santé, travailleuses sociales, fonctionnaires de police - les "femmes-ressources") à l'approche unique développée par notre barreau et Horizons Solidarités : allier les expertises médico-sociales et juridiques pour prévenir et traiter les violences sexuelles envers les femmes, mais aussi leur permettre un accès effectif aux outils de prévention et aux soins. Ce déplacement a également été l'occasion pour notre bâtonnier de signer un partenariat de coopération avec le barreau du Cambodge et d'organiser un échange fructueux avec le ministre cambodgien de la justice autour des questions d'organisation de la justice et du rôle des avocats dans le système judiciaire. Leprogrammemisenplacedoit sedérouler sur troisannées. La première phase ayant été effectuée avec succès, il convient désormais d’assurer le développement des séminaires par les femmes-ressources auprès de travailleuses sociales sur les trois provinces concernées, ainsi qu'une évaluation des premiers résultats de ces formations qui sera réalisée en collaboration avec l’Uni17 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 versité Royale de Droit du Cambodge. Le programme sera ensuite renouvelé et adapté pour les deux années suivantes auprès de nouvelles provinces et ce afin d'en faire bénéficier le plus grand nombre de personnes sur l'ensemble du territoire.Naturellement, la poursuite d’un tel projet nécessite de réunir les fonds nécessaires à l’organisation du processus permettant aux acteurs locaux de gérer à terme et en totale autonomie les programmes ainsi conçus. C'est la raison pour laquelle une cagnotte en ligne a été mise en place sur HelloAsso et nos lecteurs seront mis à contribution via le barreau de Marseille. Votre soutien est indispensable à la réussite de ce projet, nous comptons sur votre solidarité et celle de votre entourage.

18 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 Toutefois, pour adoucir cette reprise, nous vous avons préparé plusieurs évènements tant sportifs que festifs ainsi que des évènements studieux et enrichissants. Tout d’abord, et comme depuis de nombreuses années désormais, l’ACE participera à la Juris’cup sur le thème « Arlette à Marseille !». Ce sera l’occasion de nombreuses surprises et animation. Puis le 29 septembre prochain, les plus sportifs d’entre nous pourront disputer un tournoi de pétanque à la Boule des Vents avec de nombreux lots à la clé ! Ce tournoi sera bien évidemment également l’occasion de se retrouver autour d’un apéritif convivial (pendant ou après la partie selon qu’un pastis soit susceptible d’optimiser vos chances de succès !). Puis les 6 et 7 octobre prochain aura lieu le 30ème congrès annuel de l’ACE avec pour thème Cap 2030. Ce congrès sera l’occasion de nous interroger dans l’écrin sublime du bassin d’Arcachon sur les enjeux de notre profession et, notamment l’avenir de notre activité de conseil et sa protection. De nombreux ateliers seront organisés tout au long de ces deux journées, tant sur la blockchain et les cryptomonnaies que sur l’apport des neurosciences dans la formation. Bien évidemment, de nombreuses autres formations seront organisés à Marseille et nous espérons également vous y retrouver nombreux ! D’ici là, nous vous souhaitons une très belle rentrée ! + ACE RÉGION SUD 90 RUE EDMOND ROSTAND 13006 MARSEILLE ACE PARIS 23, RUE LAVOISIER - 75008 PARIS LA PAROLE AUX SYNDICATS / ACE Comme chaque année, le mois de septembre annonce la fin des vacations judiciaires … C’EST LA RENTRÉE….

19 | JDB MARSEILLE 3 / 2022 LA PAROLE AUX SYNDICATS / SAF Enfin audiencé devant la Cour d’appel d’Aix-en-Provence, en chambre sociale, au moins deux ans et demi après avoir interjeté appel, vous pensiez que le dossier que vous aviez conclu, qui était clôturé et préparé, était prêt et qu’il ne vous restait plus qu’à apporter la touche finale pour votre plaidoirie ? C’était sans compter sur le programme que la Cour vous avait concocté. Une fois le rapport du magistrat rendu, il pouvait vous annoncer que malheureusement, l’effet dévolutif de l’appel n’opèrerait pas car vous aviez commis l’inadmissible en mentionnant les chefs du jugement dans une annexe à votre déclaration d’appel, en pièce jointe. La Cour vous donnait un délai de deux semaines pour vous expliquer - par simples observations - en cours de délibéré sur ce détail puis souhaitait vous écouter sur le fond. Vous aviez pourtant suivi toutes les formations de procédure civile, au cours desquelles il vous était conseillé de joindre une annexe en pièce jointe pour sécuriser votre appel, en application de la circulaire de 2017 venue combler les lacunes du RPVA… A l’audience, à vous d’assimiler l’information sans vaciller, de réaliser que la Cour venait de réduire à néant l’appel que vous aviez interjeté, que votre client avait perdu tout espoir que son dossier soit étudié. Un autre scénario pouvait se dérouler : la Cour ne formulait aucune observation particulière à l’audience sur votre déclaration d’appel mais le jour du délibéré, un arrêt avant dire droit était rendu, vous priant de répondre au magistrat sur le moyen qu’il tirait d’office sur l’irrecevabilité de votre annexe et partant, de votre déclaration d’appel. La Cour considérait que la circulaire qui prévoyait la possibilité de joindre une annexe n’avait aucune force obligatoire, que les problèmes techniques du RPVA qui empêchaient de mentionner la totalité des mentions obligatoires lui était inopposables, faisant même fi de la position de la Cour de cassation qui validait l’annexe en cas d’empêchement technique1. Mais la Cour est allée plus loin en continuant d’écarter l’annexe lorsque le décret du 25 février 2022 à modifié l’article 901 du code de procédure civile sur saisine du CNB et intervention du Garde des Sceaux pour indiquer que : « La déclaration d'appel est faite par acte, comportant le cas échéant une annexe »2 . Le coup porté au droit au procès équitable et à l’accès au juge était intolérable et la façon dont nous pouvions être traités par les magistrats, totalement inacceptable. L’avis de la Cour de cassation est donc une excellente nouvelle même s’il ne règle pas le sort de toute une salve d’arrêts d’ores et déjà rendus par des Cours d’appel annulant les déclarations d’appel. 1. Cass. Civ. 2ème, n°20-17516, 13 janvier 2022 : la Cour de cassation a jugé que l’appelant ne pouvait pas se prévaloir d’une pièce jointe à la déclaration d’appel, sauf à ce qu’il y ait une impossibilité technique à en inclure le contenu dans l’acte. 2. Décret n° 2022-245 ANNEXE À LA DÉCLARATIOND’APPEL HALTE AUDÉNI DE JUSTICE Par un avis rendu le 8 juillet 2022, la deuxième chambre civile de la Cour de cassation a jugé que « (…) Une déclaration d'appel, à laquelle est jointe une annexe comportant les chefs de dispositif du jugement critiqués constitue l'acte d'appel conforme aux exigences de l'article 901 du code de procédure civile, dans sa nouvelle rédaction, même en l'absence d'empêchement technique ». SAF MARSEILLE 2 PLACE DE LA CORDERIE 13007 MARSEILLE TÉL : 04.91.33.34.01 FAX : 04.91.54.09.98 SAFORG@ORANGE.FR [ - A l’audience, à vous d’assimiler l’information sans vaciller, de réaliser que la Cour venait de réduire à néant l’appel que vous aviez interjeté, que votre client avait perdu tout espoir que son dossier soit étudié.. ]

RkJQdWJsaXNoZXIy MTg0OTA=